Browsing Category

entrepreneurship

entrepreneurship, Our crafters, war for talent :)

FOOD-TALENT-WANTED-FOR-BRUSSEL (& BEYOND)

06/06/2018

CUISINIER-FOODIE M/F

PROFIL

Un minimum d’expérience professionnelle ou l’envie d’apprendre Enthousiaste, compétent et aimant faire partie d’une équipe jeune et dynamique. Néerlandophone, idéalement bilingue NL/FR

 

KITCHEN-FOODIE M/V

WHAT WE EXPECT FROM YOU

A minimum amount of work experience or willingness to learn
Enthusiasm and the ability to be a genuine Team Player in a young and dynamic group.
Dutch-speaking and ideally bilingual NL/FR

 

 

Qui sont Balls & Glory?

Ingrédients

  • Un bande de foodies passionnés
  • Une start-up croissante avec quatre restaurants, foodtruck et présent dans la vente au détail
  • Nous servons ‘slow-food’ en façon fast-food !
  • Toute la production est dans nos propres mains… de l’élevage de porcs jusqu’à nos tables urbaines.
  • Nous avons l’intention de réaliser une croissance internationale de notre concept Belge avec des partenaires locales.

Nous t’offrons 

  • Un environnement de travail exigeant, mais glorieux J
  • Des collègues super-cool « with balls » (certains quand même)
  • Salaire correct
  • Ambiance super !
  • Opportunités de carrière / participation
  • 5 jours ouvrable par semaine et fin du travail à 23h au plus tard

Who are Balls & Glory?

Ingredients:

  • A passionate ‘bunch’ of foodies
  • A growing start-up with 4 restaurants, food truck and presence in retail
  • We serve slow-food in a fast-food way
  • We do it all ourselves…. From pig farm to our urban tables.
  • We hope our Flemish food skills will grow internationally through franchise partners.

We offer:

  • A demanding but glorious work environment J
  • Cool colleagues with balls (some at least)
  • Fair salary
  • Even more attractive vibes
  • Growth opportunities / shares
  • 5 days a week,

contact: wendy@ballsnglory.be or whatsapp: 0472 51 31 44

 

entrepreneurship, News

Vos propres restaurant Balls & GLory ?
La co-création est l’avenir!
nous recrutons des partenaires de franchise;)

01/26/2018

Il y a six ans, Wim Ballieu lançait le premier point de vente de Balls & Glory à Gand. Ce concept primé est aussi simple que génial : un restaurant et un concept de magasin mettant à l’honneur la perle de l’écogastronomie belge : les boulettes de viande hachée farcies. Ces restaurants décontractés à service rapide reviennent aux sources d’une cuisine saine et délicieuse, et n’utilisent que de la viande issue du propre élevage. Les boulettes de viande hachée, cuites au four, à base de viande de porc, de bœuf, de poulet, ou végétariennes, célèbres pour leur délicieuse farce liquide, sont accompagnées d’un stoemp classique, ou d’une salade de saison. Les clients, attablés au sein de l’une de nos cinq filiales, se régalent dans une ambiance urbaine, tout en partageant les carafes d’eau et les corbeilles de fruits mises gratuitement à leur disposition.

Un gérant indépendant, actif dans chacun de nos établissements, doit nous aider à concrétiser notre rêve : la création d’un restaurant belge à New York d’ici 2025. Une croissance durable est un travail d’équipe, ce qui est l’un de nos points forts…

 

 

GAND – Le domaine de l’alimentation et le secteur horeca sont en pleine mutation : une législation plus stricte, des consommateurs plus attentifs, et une offre importante. Balls & Glory est en mesure d’affronter l’avenir. En effet, ce restaurant 2.0 offrant des plats du jour est le fier gagnant de la palme d’or pour le concept de restaurant le plus innovant en Europe.

 

L’avenir repose sur la cocréation, et le développement conjoint de situations « win-win ». C’est également la façon dont Balls & Glory voudrait se développer, à savoir : la présence d’un gérant indépendant au sein de chaque établissement. Actuellement, les filiales situées à Gand et à Louvain sont exploitées par des propriétaires indépendants. À terme, Wim Ballieu, le fondateur, est toutefois à la recherche de solides partenariats pour toutes les filiales de Balls & Glory, principalement à Bruxelles, à Anvers, et à Liège.    

 

Nous nous sommes déjà rendus à Louvain et à Gand, afin de poser quelques questions aux propriétaires. Le sujet principal était le suivant : pourquoi ont-ils précisément opté pour Balls & Glory en tant que concept alimentaire, et quels en sont les avantages ? EN ROUTE !  

 

 

Ruben, le gérant de la filiale de Gand, connaît Wim depuis qu’ils parcouraient ensemble les lieux de sortie gantois. Il était présent lorsque Wim avait fait part de ses premières idées relatives à une boulette de viande hachée farcie (que recèle un nom ?…). Quelqu’un qui connaît parfaitement bien la maison… Il y a deux ans, Lieven a participé à l’ouverture de la filiale à Louvain, une ville qui se caractérise par un groupe-cible bien spécifique, et par les défis qui vont de pair.

 

Bonjour Ruben et Lieven. Entrons directement dans le vif du sujet : une propre filiale de Balls & Glory ! Qu’est-ce qui vous a fait franchir le pas ?   

Ruben : « Je connais Wim depuis des années, et j’étais tout de suite convaincu par son récit… En tant que véritable Gantois, il m’a demandé de concrétiser ce projet dans cette ville. Sur ces entrefaites, nous exploitons notre établissement depuis cinq ans ! »
Lieven : « Depuis ma plus tendre enfance, le secteur horeca est une de mes passions. Au terme d’une période de travail intensif au sein d’un restaurant, j’ai décidé de ralentir quelque peu le rythme. Je suis alors allé travailler chez Balls & Glory à Louvain, et j’ai trouvé un concept qui correspondait parfaitement à ma personnalité. Au bout d’un an, j’ai racheté la filiale pour devenir gérant, un choix que je n’ai pas encore regretté. »

 

Si je comprends bien, vous êtes tous les deux issus de la ville où sont situées des filiales de Balls & Glory ?

 

Lieven : « Personnellement, je suis originaire de la ville de Hasselt, mais mon partenaire dans la salle – Vincent – est un véritable Louvaniste. »

Ruben : « Je me décrirais en effet comme un véritable Gantois. J’aime ma ville, et je pense que c’est important pour gérer une filiale de Balls & Glory. En effet, il faut bien connaître sa ville, et savoir quels sont les endroits potentiels. En outre, il faut également être capable de mobiliser du personnel pour son établissement. Par ailleurs, vous êtes au courant des événements qui se tiennent dans la ville. »

Lieven : « Selon moi, l’entrepreneuriat local est très important ».

 

 

En effet, Lieven, l’entrepreneuriat local est très important. D’autres aspects entrent-ils également en ligne de compte ?

Lieven : « Je pense que tout est conditionné par une passion pour le secteur horeca et hôtelier, et par la volonté de vouloir rendre les clients heureux, et ce, jour après jour. »

Ruben : « Chaque jour… En effet ! Il faut avoir le caractère afin d’exiger quotidiennement le meilleur de soi-même et de son équipe. »

Lieven : « Il va de soi que l’on est évidemment un véritable entrepreneur. Par conséquent, il faut aussi tenir compte des chiffres. Ainsi, outre une excellence en salle et en cuisine, l’administration doit également être en ordre. Je m’occupe, jusque dans les moindres détails, de mes commandes, ou de la planification de mon personnel… »

 

La gérance d’une filiale exige de nombreux points d’attention. De quelles manières vous sentez-vous soutenus ?

Ruben : « En premier lieu, au niveau des conseils et de l’aide. Nous collaborons avec une sorte de Centre de services de Balls & Glory. Le cas échéant, je prends mon téléphone, et je contacte Wim ou Stéphanie si j’ai des questions à leur poser. Il peut s’agir de questions financières ou organisationnelles, ou même de questions relatives aux produits alimentaires. En fait, tous les problèmes que l’on rencontre dans un restaurant… »

 

Lieven : « Je suis peut-être l’un des seuls jeunes à ne pas m’intéresser aux médias sociaux (dit-il en riant). Balls & Glory se charge de tout ce qui a trait au marketing, à savoir, la gestion des médias sociaux, la communication au sein et en dehors du point de vente, les relations publiques, etc. Cela va sans dire que la parution d’un nouveau livre de recettes articulées autour des boulettes de viande hachée contribue à l’accroissement de la notoriété de votre établissement ! »

 

Y a-t-il encore d’autres éléments ?

Ruben : « Pour ma part, je trouve très important que nous puissions nous concentrer sur nos points forts. Rendre nos clients heureux… Nous sommes encadrés au niveau de tout ce qui touche aux produits et aux aliments. Ainsi, outre la vision à long terme, ainsi que l’innovation, Wim recherche sans cesse des moyens pour améliorer nos boulettes de viande hachée et nos farces. Par ailleurs, de nombreuses fiches techniques de toutes nos recettes peuvent être consultées sur notre plateforme centrale, ce qui s’avère très utile ! Ainsi, nous disposons de produits dont la qualité est améliorée et plus uniforme, ce qui nous permet de nous différencier de nos concurrents… »

 

Lieven : « Comme je l’ai mentionné précédemment, j’accorde une grande importance aux chiffres et aux commandes. En collaborant avec Balls & Glory, il est ainsi possible de bénéficier d’offres de groupe auprès de partenaires, tels que, par exemple, notre ferme, et nos concepteurs… Nous formons également un groupe soudé avec les autres magasins. Nous nous réunissons une fois par mois, nous soumettons les problèmes, nous en discutons, et nous trouvons ainsi conjointement la meilleure solution. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lieven, tu as déjà mentionné le nom de Vincent, lequel fait partie de ton équipe. Dans quelle mesure une bonne équipe est-elle importante au sein d’un restaurant de Balls & Glory ?

Lieven : « C’est extrêmement important… Chez Balls & Glory, nous disons toujours que la GLOIRE doit provenir de l’équipe ! Nous sommes également soutenus au niveau du coaching. Pour être crédible, il faut être en totale adéquation avec le concept. Balls & Glory n’est pas le énième concept de restaurant. Toute une histoire se cache derrière ce concept… »

 

Ruben : « À Gand, nous avons souvent beaucoup de travail. Par conséquent, je ne peux me passer d’une bonne équipe permanente. Selon moi, un couple est idéal pour assurer la gérance d’une filiale de Balls & Glory. En effet, il y a assez de tâches à répartir, tout en pouvant disposer de suffisamment de temps pour votre vie privée (dit-il en riant) ! »

 

Êtes-vous également tenté(e) par un entrepreneuriat innovant dans le secteur horeca, et dans un environnement sûr, tout en bénéficiant de l’encadrement nécessaire ? We have the balls, you make the glory.

 

Ne faites pas de boulettes, et contactez sans plus tarder stephanie@ballsnglory.com si vous avez envie de vous joindre à notre concept. Ensemble, nous ferons la différence.

 

entrepreneurship, News

I have a dream: about food, about co-creation, about Brussels….

10/22/2017

wanna join ?

Let me first introduce the what & the why about Balls & Glory:

We have been making filled meatballs since 2012 with meat of fair origin, or vegetarian, but always hand-rolled and oven-baked. We have a single goal: to cherish our Belgian slow food. We serve the super-delicious Belgian (meatball) cuisine that I learned at my mother’s knee My parents have a butcher’s shop in Ghent, old-fashioned and honest, with respect for the seasons and raw materials. My passion for cooking was sparked during the holidays I spent at my grandparents’ farm in Veurne.

We combine this cuisine with a contemporary metropolitan attitude: Belgian designers, clean lines, but with a twist. In a shop, take-way and restaurant where innovation and experience are never far away. I want to introduce Balls & Glory internationally in an urban and fast-served concept.

the idea

At Balls & Glory, we have dreamt of a ‘city production unit’ for some time. A meatball ‘rollery’ in the middle of the city of… in addition to our kitchen in Ghent where, with the help of Demival, we provide sustainable employment for people with a disability that are temporarily or definitively out of the normal economic circuit.

We make a spot where we can coach and inspire our people, a place where food, education and innovation come together. A place where Balls & Glory equips itself for the next fifty years. Surrounded by glass, what you see is what you get…and open to the world and its talents: co-creation, co-thinking and co-inspiration.

a co-creation-hub & food-incubator in Brussels ?

Create a new urban hideout for food-minded people.

A place to receive support. Support in space, network, logistics and brains.

We want to give the co-working space a new dimension.

Support young food start-ups in their journey.

 

  1. THE KITCHEN & ACADEMYCity kitchen

    (production through social project) and training space for the Balls & Glory team & prospects

  2. THE INCUBATOR & MEMBERSHIPObtain advice for your culinary business through our selected partners.

    Easy access to a professional kitchen specifically for artisan producers and caterers.

  3. THE ART DECO SPACE & (FOOD) EVENTSFind out what our location can do for your next big event.

    Temporary rental of kitchen space and equipment for the successful preparation of a catering project or event.

    The location is outfitted as a cooking studio. A network of chefs is used for various workshops.

    workshops – master classes – team building – renting the location for cooking events.

 

SOOOOOOOO:

are you:

  • a food-concept start-up or scale-up
  • a PR-, design- or marketing-agency specialized in food & hospitality
  • some-one with great idea’s
  • a …..

& wanna join our journey…

contact: stephanie@ballsnglory.be   or wim@ballsnglory.be

 

entrepreneurship

Balls & Glory est à la recherche de partenaires bruxellois !

05/02/2017

Voilà bientôt 5 ans que le premier Balls & Glory a vu le jour à Gand. Notre rêve : développer notre cuisine belge et slow food à l’international. Notre but ultime : ouvrir 50 enseignes d’ici 2025, dont une à New York. D’accord, c’est ambitieux mais il est toujours bon de se donner un goal et nous sommes également convaincus qu’ouvrir plus de restaurants nous aide à gérer diféremment et mieux. Après 5 ans, nous sommes fiers de notre bilan : 5 adresses belges et une Néerlandaise.

Et ceci grâce à nos partenaires locaux

Balls & Glory doit devenir un label de qualité : de la viande élevée dans le respect animal (lire ici notre précédent article sur le sujet), travaillée artisanalement, cuite au four, pour tous les goûts (porc, poulet, végétarien). Nous désirons être un vecteur, un mouvement dédié au slow food belge, tel que le stoemp, le pain au levain, les légumes cuits au four et des salades abordables et accessibles. Le tout frais du jour, lié aux saisons et avec un aspect innovant (nous pensons d’ailleurs vous offrir très prochainement une boulette à base d’insectes). Dans ce sens, nous collaborons également avec des artistes et des designers locaux pour fournir un canevas bien défini : un lieu de rencontre au cœur de la ville.

Pas un peu de tout … non, non, des boulettes boules farcies, du stoemp et des salades. Pas de coca cola et autres bazars mais bien des bières de chez nous, de l’eau et des fruits (ces derniers offerts gratuitement), disposés sur des tables au design belge. 

Mais bien une approche globale, un canevas, avec un savoir-faire. Un réseau de personnes partageant les mêmes idées peut aussi donner un coup de pouce supplémentaire et permettre amplement à un entrepreneur local de se concentrer sur ses clients.

Voilà le modèle que nous avons choisi comme modèle de croissance pour développer Balls & Glory à la fois en Belgique et à l’étranger. Plus forts ensemble, nous définissons clairement nos devoirs et responsabilités. Ceci n’est possible que si nos compétences sont complémentaires et supplémentaires.

Quel est le partenaire idéal que nous recherchons ?

  • Quelqu’un qui aime sa ville et bien entendu, réciproquement
  • Un entrepreneur, avec une mentalité out of the box
  • Avec une dévotion constante et tous les jours (un leader au four et au moulin, pas seulement derrière son laptop)
  • Doté une ouverture d’esprit (avec le mode de vie qui l’accompagne),
  • Une discipline d’acier (et l’énergie qui l’accompagne)
  • Surtout, un gourou de l’hospitalité qui est incroyablement motivé à l’idée de rendre ses clients heureux.

Nous sommes dès lors convaincus que nous pouvons de cette manière grandir durablement dans une situation win-win, avec une orientation claire sur vos deux balles et la gloire. Nous sommes indépendants et coopératifs. Ceci nous pousse à prendre les bonnes décisions. Les bons accords font les bons amis. Comprenez : un cadre clair, des valeurs claires, une entrée claire (et une sortie claire). Et donc un seul objectif, un meilleur Balls & Glory, et un grand nombre de partenaires heureux d’ici 2025 avec une belle boutique à New York et des boulettes encore plus savoureuses.

Vous désirez vous joindre à notre balls revolution ? Contactez-nous par mail à wim@ballsnglory.com.

New York est encore troooooop tôt mais d’autres propositions sont bien entendu bienvenues !

entrepreneurship, News

Où trouve-t-on de la bonne viande à Bruxelles? Voici 10 boucheries de qualité !

03/31/2017

Nous vous parlions précédemment de l’importance de manger une viande de qualité, ayant été élevée dans le respect du bien-être animal et nourrie avec soin. Et nous avons été malheureusement rattrapés par l’actualité. Le scandale de l’abattoir de Tielt nous a vraiment choqués. Quelle horreur ! Mais ceci conforte notre philosophie et notre envie d’aller plus loin encore. Et dans cet esprit, nous vous avons sélectionné 10 boucheries où vous pouvez vous rendre les yeux fermés.

  1. Dierendonck (Bruxelles Centre)

Avons-nous besoin de vous présenter la star des bouchers ? Installé récemment à Bruxelles (rue Sainte-Catherine, dans l’ancienne boucherie de Jack O’Shea), Dierendonck vous propose viandes maturées de différentes sortes, charcuteries faites maison… bref, la crème de la crème. Mais évidemment, cette qualité d’exception a un prix.

  1. La Moutonnerie (Stockel & Uccle)

Véritable institution bruxelloise, la Moutonnerie attache une grande importance à l’origine et la qualité des produits. Porc ibérique, Agneau de Lozères (leur spécialité), bœuf Wagyu… Le plus difficile sera de choisir !

  1. Van Engelandt (Anderlecht)

Ce grossiste fournit les plus belles tables de Bruxelles, mais vend également aux particuliers, à condition d’acheter en quantité suffisante (mais je vous rassure, pas besoin d’acheter 3 kg non plus, en plus les vendeurs sont très sympathiques). L’avantage : un rapport qualité prix imbattable ! Attention par contre aux heures d’ouverture.

  1. Roland (Ixelles)

Boucher et traiteur situé à deux pas du quartier estudiantin, Roland s’est mis à la viande maturée il y a plus ou moins un an, avec un frigo qui regorge de beautés !

  1. Rob (Woluwe-Saint-Pierre)

Assez évident mais il faut reconnaître que la qualité de toutes leurs viandes sont fabuleuses.

  1. Coprosain (sur les marchés de Bruxelles Centre, Ixelles, Woluwe-Saint-Pierre, Jette, Auderghem, Watermael Boitsfort et Uccle)

De la viande et charcuterie bio ou artisanales, provenant de petites productions familiales qui travaillent dans l’esprit d’une autonomie alimentaire du bétail poussée au maximum.

  1. Geert Vermeire (Ganshoren)

L’une des dernières (si pas la dernière) boucherie chevaline (indigène) bruxelloise. Mais Geert prépare également des charcuteries maison et s’approvisionne de viandes – locales pour la plupart – de très bonne qualité. En plus, il est passionné et accueillant !

  1. Le Marché des Chefs (Rue Lens 38, Ixelles)

Enseigne totalement atypique mais qui mérite le détour ! Peu de produits (légumes, viandes, fromages, épicerie…) qui changent chaque jour selon l’arrivage mais que du tout tout bon !

  1. Maison Lanssens (Etterbeek)

Ici, un savoir qui se transmet de père en fils avec déjà la quatrième génération à l’œuvre. Parmi leur spécialités : brochettes, saucisses et américain préparé.

  1. E-Farmz (online)

Et pour ceux qui n’ont pas le temps de se rendre à une boucherie, sachez qu’il existe également une alternative en ligne ! E-Farmz fait la part belle aux circuits courts. Tous les animaux sont élevés en liberté et nourris à partir de fourrages et de céréales cultivés à la ferme. Leur alimentation exclut les farines animales et les OGM.

entrepreneurship, Lifestyle

Le boom des enseignes monoproduit

12/12/2016

click here pour l’emission

Crocs, Coca Cola et Michelin ont un point en commun. Ces trois marques se sont rendues célèbres en développant un seul produit. Pendant plus de 100 ans, Coca Cola n’a proposé que son soda à l’étiquette rouge avant de diversifier sa gamme avec des différentes limonades. Dans la restauration, les friteries, pizzerias, sandwicheries et glaciers existent depuis longtemps. La tendance du monoproduit n’est donc pas neuve. Ces dernières années, on assiste néanmoins à un véritable boom de ces enseignes qui misent tout sur un produit phare.

Balls & Glory: le roi de la boulette

Alors que le piétonnier du centre-ville de Bruxelles a refroidi de nombreux entrepreneurs, Wim Ballieu a choisi le cœur de la capitale pour y ouvrir son sixième restaurant. Au menu : des boulettes, des boulettes et encore des boulettes. Un monoproduit autour de la viande hachée, une évidence pour ce fils de boucher. « Pour moi, une boulette, ça doit être roulé à la main, croustillant, gourmand et cuit au four « , précise d’emblée celui que l’on surnomme en Flandre  » le roi de la boulette ». « Je suis triste quand je vois les boulettes servies dans certains restaurants, c’est tellement loin de ce que ma grand-mère faisait… »

Pistolet original, madeleine de Proust

Autre joyau 100% belge : le pistolet. Américain maison cressonnette, crevettes grises de Zeebruges, boudin blanc oignons fondants. Au comptoir, impossible de commander une baguette. Ici, que des petits pains ronds et croustillants. « C’est un artisan belge, Yves Guns, qui a créé la recette de ces pistolets pour moi. Ils sont uniques, vous ne les trouvez pas ailleurs , aime à répéter Valérie Lepla. Le pistolet, c’est toute son enfance. Ses petits pains, Valérie Lepla ne les garnit qu’avec des produits haut de gamme, « 100% belges et 100% artisanaux. »

Patate au menu

Pour ceux qui ne veulent pas manger du pain à midi, Géraldine Dubois propose un concept autour de la pomme de terre… Avec du poisson, de la viande, des légumes, chaude, froide, sucrée ou salée, le tubercule cuite au four se décline à l’infini. C’est en voyageant que l’idée est née.  » La Belgique, pays de la frite, qui n’avait pas d’enseigne autour de la pomme de terre, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire « , explique Géraldine Dubois de G Spud.

Les pâtisseries monoproduit fleurissent

Dans la pâtisserie aussi le monoproduit fait fureur! Les clients adorent ces enseignes qui ne font que des macarons, que des cupcakes, que des cookies, que des tartes.  » L’avantage quand on ne vend qu’un seul produit, c’est qu’on a très peu de matières premières et donc très peu de pertes « , précise Angélique Laleu, gérante d’ »Aux Merveilleux », une pâtisserie dont le produit phare est le merveilleux.

Et les prix ?

Dans cette autre pâtisserie dont le long comptoir est garni d’éclairs colorés aussi beaux qu’appétissants, les prix varient entre 3,90€ pour l’éclair tradition et grimpent jusqu’à 4,90€ pour le miel et noix. Cela peut paraître cher alors que, dans certaines boulangeries, on peut acheter des éclairs pour moins d’1,50€. Mais comparons ce qui est comparable.  » Ici, pas de produits congelés, tout est fait maison par nos chefs-pâtissiers dans notre atelier « , dit Jacques Heller, co-fondateur d’Eclairs & Gourmandises. Les clients de ces enseignes qui ne lésinent pas sur la qualité sont généralement prêts à mettre le prix pour acheter un produit irréprochable.

Innover pour ne pas lasser

Mais travailler avec un seul produit, c’est aussi prendre des risques. Cet été, le bar à patates de Géraldine Dubois a fermé pendant un mois car  » impossible de trouver des pommes de terre de 300 grammes, le calibre utilisé pour les préparations « . Pour ne pas lasser le client, il faut sans cesse se réinventer et proposer de nouvelles saveurs.  » Il faut être très créatif et s’assurer qu’on ne surfe pas sur un phénomène de mode « , met en garde Marie-Isabelle Muninger, professeur de marketing à l’ICHEC. Beaucoup de restaurants monoproduits se sont, en effet, cassés les dents. Le défi est donc de tenir dans la durée, une fois que la tendance est passée…

entrepreneurship

Staff met « nen hoek af » – Ja graag!

10/17/2016

Is rekruteren voor Balls & Glory moeilijk?

 

post-3enHonestly, neen – eigenlijk niet! Interviews zijn bij ons open gesprekken, waarbij we in twee richtingen open vertellen wat we verwachten, en wat van betekenis is. Vanuit Balls & Glory vertel ik hoezeer we vanuit het HQ kunnen zorgen voor de ballen, de tools, de recepturen, de infrastructuur, maar hoe belangrijk de staff is om onze klanten de glorious experience te geven waarvoor ze voor onze restaurants kiezen. Hoe een klantenervaring en de algemene indruk bepaald wordt vanaf het moment dat iemand binnenkomt en de staff hen met de glimlach en enthousiast verwelkomt. Kandidaten vertellen van hun kant wat voor hen belangrijk is… en dat is heel div

 

ers. De ene wil absoluut steeds op dinsdagnamiddag vrij om de job te kunnen combineren met een opleiding tot beeldhouwer, de ander geeft aan heel graag op zaterdagvoormiddag vrijwilligerswerk te kunnen doen als doventolk, of vraagt om altijd vrij te zijn in januari om te reizen, …  (True stories 😉 )

 

Anders dan in de klassieke horeca hoeven we niet op zoek te gaan naar een chef, een sous-chef, een chef de parti, een maître, … Bij ons doet iedereen alles. Zo simpel is het… Je staat in voor de keuken, de bediening, de debarras – en dat allemaal in een vrij horizontale structuur. De shopmanager stuurt de zaak aan, staat in voor de bestellingen, uurroosters, … en heeft shiftleaders waar hij of zij kan op terugvallen, maar draait evenzeer mee in de service, stampt stoemp en ruimt de tafels af.

 

Natuurlijk zorgen we er in de planning voor dat onze klanten, in Brussel bijvoorbeeld, steeds in hun taal kunnen aangesproken worden,  maar moet iedereen perfect twee- of drietalig zijn? Neen, we zorgen voor een mix van profielen en persoonlijkheden zodat elke klant wel met iemand van de staff een klik kan hebben. De enige gemene deler tussen onze staff is dat het stuk voor stuk gepassioneerde mensen zijn, en zoals ze bij mij in Deinze zeggen ‘met nen hoek af’.

Hoe vaak worden kandidaten niet vooraf afgeschreven voor een job omdat ze niet de juiste vooropleiding hebben, één van de landstalen niet machtig zijn, of – hoe zal ik het omschrijven – vrij opvallende fysieke kenmerken hebben 😉 – No problem voor ons! Ook de speciallekes zijn welkom! Graag zelfs – want vaak zijn het de boeiendste mensen!

 

De openingsuren van Balls & Glory, en de flexibiliteit waar de shopmanager zo veel mogelijk rekening mee trachten te houden, zorgen ervoor dat ons team hun job kan combineren met wat hen gelukkig maakt, en dat is dan eigenlijk ook de enige vaste vraag die in elk gesprek aan bod komt “Wat is je passie? Wat maakt je gelukkig? What makes you tick?” Plots wordt die voorname jonge man in kostuum een hele vlotte kerel die zijn mouwen opslooft en vertelt over zijn tattoos die refereren naar reizen,  of komen er verhalen over dansopleidingen, fotografie, goudsmeedkunst en roller-derby! Van zodra ik die passie zie, in combinatie met een basis aan ervaring, een positieve ingesteldheid en veel “goesting », weet ik dat er match kan zijn!

 

Ook naar rekrutering zelf toe, doen we het wel eens anders dan anders. Wanneer we een nieuwe vestiging openen laten we via social media weten dat er castingnights zijn! 1, 2 of 3 avonden trekken we uit om met verschillende kandidaten te speeddaten en wederzijds af te tasten als er een match is. Soms duurt zo’n gesprekje 5 minuten, maar evenzeer kan een gesprek een uur of langer duren… Elke kandidaat gaat met een positief gevoel naar huis, met of zonder job!

Casting nights laten ons toe om efficiënt in te schatten welke mix we kunnen maken, zowel naar ervaring toe als naar persoonlijkheden toe, en – en plus – hoeven de kandidaten zich niet overdag vrij te maken.

 

post-2-enGoesting om deel uit te maken van één van onze teams? Je vindt me op stephanie@ballsnglory.com

 

Groetjes,

Stephanie Van Ooteghem, aka moeder ball

entrepreneurship

de revolutie van de horeca ?

10/06/2016

Iedereen heeft er de mond van vol: sharing, peer to peer,… dé deeleconomie. De  digitale revolutie zorgt ervoor dat onze economie hertekend wordt. Recente gebeurtenissen zoals herstructureringen van de banken zijn slechts een begin.

Balls & Glory was in 2012 één van de allereerste(n) om het model « horeca » te gaan her-denken. Terug naar de roots van hospitality & food, waar we in België de afgelopen decennia rijkelijk in verwend werden. We zijn het gewoon om spotgoedkoop heerlijk te eten & gastvrij vriendelijk bediend te worden. De keerzijde van dit alles is het vele zwartwerk in de sector die deze luxe betaalbaar & in stand hield/houdt.

Eerlijk ? We hadden gehoopt dat de komst van de black-box: die fameuze geregistreerde kassa die alle zwartwerk zou tegengaan & alle horeca-inkomsten eerlijk zou registreren een revolutie tot stand zou brengen die de horeca voorgoed « future-proof » zou maken.

Gedaan met het fenomeen dat goede werknemers afhaken omdat ze geen « zwart » krijgen bij ons & bij een collega wel. Gedaan met dubbele boekhoudingen & leveranciers die cash komen ontvangen.

Maar vooral: de bewustwording van de échte waarde van wat onze klanten krijgen. & een eerlijke economie waarin je als ondernemer de oefening maakt wat die echte customer-value is. ( = product + experience / kosten + moeite). En dat dus op het einde van de lijn onze klanten/genodigden onze diensten & producten naar waarde kunnen schatten & dus waardevol vinden.

Als kok/foodie in hart & nieren was ik in de eerste plaats bezorgd in het voortbestaan van de eerlijke origine-keuken. Die heerlijke brasserie-keuken met mevrouw in de zaal & mijnheer in de keuken of omgekeerd. Mee met de seizoenen, op is op,…. & laat ons eerlijk zijn: vééél waarde voor ons geld.

Mijn grootouders gingen op restaurant voor huwelijken, doopsels, begrafenissen, religieuze feesten & verjaardagen van dat alles. Met mijn ouders gingen we iedere week op restaurant. (ok, als zelfstandigen (slagers) was dat ook hun manier om de « klanten » eens een plezierke te doen) En wij ? als je ons niet tegenhoudt iedere dag of toch op z’n minst om de twee dagen, of toch al zeker als we er zin in hebben.
Net zoals vele zaken in de economie werd « restaurantje spelen » efficiënter en dus toegankelijker: good news, want een restaurant voorziet in brood & spelen, maakt het leven mooier, aangenamer & moet dus voor iedereen (frequent) bereikbaar zijn.
Maar plotseling kreeg je dat fenomeen….
het ISPC-fenomeen…. noemt m’n moeder dat.
ISPC was in de jaren 90 een vrij revolutionaire groothandel voor de horeca waar je niet alleen zeer kwalitatieve grondstoffen als vlees, vis, schaaldieren & groenten kon kopen, maar ineens ook kwalitatief aanvaardbare kant-en-klare bereidingen voor de horeca. Dan spreken we over (lekkere) diepvriesbroodjes, klaar om af te bakken. Heerlijk toch als je je dat zo bedenkt -al eens bij stilgestaan dat we toch overal heerlijk brood krijgen tegenwoordig ?, Ook basisfonds zoals bruine fond, visfumet,… die de kok « ruimte gaven » om zijn tijd creatiever in te vullen: hoera !
Maar er waren ook kant-en-klare garnaalkroketten, zalm-tapas, ravioli’s, & zelf kant-en-klare béarnaise, quiche, soepen, brochettes,…. HELP! En dat noemde m’n moeder dus het ISPC-fenomeen: dat je bij meer & meer restaurants  ( & traiteurs) hetzelfde voorgeschoteld kreeg…. éénheidsworst….zouden we het tegenwoordig noemen. Niet te verwarren met one-trick-pony’s zoals onze collega’s WURST die enkel « worstjes verkopen ».
Het begin van een « efficientere » horeca dat ook gretig zijn weg vond naar bakkers, slagers, hotels, edm… met een markt op zich: de « foodservice-markt »…. niet alleen maar eenheidsworst maar dus ook al snel eenheids-dognuts…
Ik vond dat we bij Balls & Glory moesten inzetten om het allerbeste product te maken. Samenwerken met boeren die we kennen, een sociaal project opzetten om iedere ball met de hand te kunnen & te blijven draaien, géén softdrinks serveren,  altijd & voor iedereen open, toffe & inspirerende plaatsen creëren, maar het ook betaalbaar houden. Laatst hadden we een recensie in de morgen (in het kader van fast-casual concepten): we eindigden op een tweede plaats, onder de frieten van Sergio. Maar ik las een zeer interessante zin:
Balls & Glory serveert een volwaardige maaltijd die in een klassieke Brasserie al gauw 18 euro zou kosten. ( & bij ons betaal je dus 12,50 euro, incl gratis water & fruit)
Dat kunnen we niet zomaar, dat kunnen we enkel daar een aantal toegevingen of ingrepen te doen:
1) een zeer beperkte menukaart
  • zorgt dat we SLOW-food (een gehaktbal wordt altijd gedurende 27 minuten ovengebakken, onze stoemp kookt gedurende 50 minuten), fast served kunnen aanbieden (telkens binnen de 8 minuten)
  • zorgt ervoor dat Balls & Glory een zero-foodwaste restaurant is.
  • zorgt ervoor dat we geen grote stockage dienen te voorzien in onze open keuken
  • zorgt dat we ultra vers, lokaal & seizoensgebonden kunnen werken
  • zorgt dat je geen keuzestress krijgt in onze restaurant
  • zorgt dat we elke dag onze aanbod kunnen veranderen
2) een « ander » bestelsysteem
  • we maakten de keuze om onze bezoekers te laten bestellen bij het binnenkomen, & ze dan aan tafel te bedienen, af te ruimen & de mogelijkheid te geven bij te bestellen.
  • Er wordt pas betaald bij het buitengaan.
  • op deze manier sparen we 2 mensen uit (zou een meerkost betekenen van 1 euro per gerecht)
  • maar zo bestel je ook rechtstreeks aan onze keuken, een direct contact schept een « band » 😉
3) we focussen op gehakt & vegetarische ballen
  • dat maakt dat we sterke  partnerships kunnen aangaan met boeren & crafters
  • dat maakt dat we makkelijk(er) kunnen groeien, niet alleen in grootte maar vooral in kwaliteit
  • dat we er alles aan kunnen & gaan doen om te allerbeste te zijn/worden in ons vak
4) we bieden onze gehaktballen aan via zoveel mogelijk kanalen:
  • onze shop
  • take-away
  • delivery via www.deliveroo.be & www.deliveroo.nl
  • onze foodtruck
  • retail (delhaize)
  • nationale & internationale events

We maken er een punt van om onze « revolutie » verder te zetten, deze blog zal ons helpen dit te delen, maar ook open te zetten tot discussie,

Join our revolution !