Browsing Category

Lifestyle

entrepreneurship, Lifestyle

Le boom des enseignes monoproduit

12/12/2016

click here pour l’emission

Crocs, Coca Cola et Michelin ont un point en commun. Ces trois marques se sont rendues célèbres en développant un seul produit. Pendant plus de 100 ans, Coca Cola n’a proposé que son soda à l’étiquette rouge avant de diversifier sa gamme avec des différentes limonades. Dans la restauration, les friteries, pizzerias, sandwicheries et glaciers existent depuis longtemps. La tendance du monoproduit n’est donc pas neuve. Ces dernières années, on assiste néanmoins à un véritable boom de ces enseignes qui misent tout sur un produit phare.

Balls & Glory: le roi de la boulette

Alors que le piétonnier du centre-ville de Bruxelles a refroidi de nombreux entrepreneurs, Wim Ballieu a choisi le cœur de la capitale pour y ouvrir son sixième restaurant. Au menu : des boulettes, des boulettes et encore des boulettes. Un monoproduit autour de la viande hachée, une évidence pour ce fils de boucher. « Pour moi, une boulette, ça doit être roulé à la main, croustillant, gourmand et cuit au four « , précise d’emblée celui que l’on surnomme en Flandre  » le roi de la boulette ». « Je suis triste quand je vois les boulettes servies dans certains restaurants, c’est tellement loin de ce que ma grand-mère faisait… »

Pistolet original, madeleine de Proust

Autre joyau 100% belge : le pistolet. Américain maison cressonnette, crevettes grises de Zeebruges, boudin blanc oignons fondants. Au comptoir, impossible de commander une baguette. Ici, que des petits pains ronds et croustillants. « C’est un artisan belge, Yves Guns, qui a créé la recette de ces pistolets pour moi. Ils sont uniques, vous ne les trouvez pas ailleurs , aime à répéter Valérie Lepla. Le pistolet, c’est toute son enfance. Ses petits pains, Valérie Lepla ne les garnit qu’avec des produits haut de gamme, « 100% belges et 100% artisanaux. »

Patate au menu

Pour ceux qui ne veulent pas manger du pain à midi, Géraldine Dubois propose un concept autour de la pomme de terre… Avec du poisson, de la viande, des légumes, chaude, froide, sucrée ou salée, le tubercule cuite au four se décline à l’infini. C’est en voyageant que l’idée est née.  » La Belgique, pays de la frite, qui n’avait pas d’enseigne autour de la pomme de terre, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire « , explique Géraldine Dubois de G Spud.

Les pâtisseries monoproduit fleurissent

Dans la pâtisserie aussi le monoproduit fait fureur! Les clients adorent ces enseignes qui ne font que des macarons, que des cupcakes, que des cookies, que des tartes.  » L’avantage quand on ne vend qu’un seul produit, c’est qu’on a très peu de matières premières et donc très peu de pertes « , précise Angélique Laleu, gérante d’ »Aux Merveilleux », une pâtisserie dont le produit phare est le merveilleux.

Et les prix ?

Dans cette autre pâtisserie dont le long comptoir est garni d’éclairs colorés aussi beaux qu’appétissants, les prix varient entre 3,90€ pour l’éclair tradition et grimpent jusqu’à 4,90€ pour le miel et noix. Cela peut paraître cher alors que, dans certaines boulangeries, on peut acheter des éclairs pour moins d’1,50€. Mais comparons ce qui est comparable.  » Ici, pas de produits congelés, tout est fait maison par nos chefs-pâtissiers dans notre atelier « , dit Jacques Heller, co-fondateur d’Eclairs & Gourmandises. Les clients de ces enseignes qui ne lésinent pas sur la qualité sont généralement prêts à mettre le prix pour acheter un produit irréprochable.

Innover pour ne pas lasser

Mais travailler avec un seul produit, c’est aussi prendre des risques. Cet été, le bar à patates de Géraldine Dubois a fermé pendant un mois car  » impossible de trouver des pommes de terre de 300 grammes, le calibre utilisé pour les préparations « . Pour ne pas lasser le client, il faut sans cesse se réinventer et proposer de nouvelles saveurs.  » Il faut être très créatif et s’assurer qu’on ne surfe pas sur un phénomène de mode « , met en garde Marie-Isabelle Muninger, professeur de marketing à l’ICHEC. Beaucoup de restaurants monoproduits se sont, en effet, cassés les dents. Le défi est donc de tenir dans la durée, une fois que la tendance est passée…

Lifestyle, Our crafters

Street Balls

11/09/2016

http://www.treepack.net/articles/street-balls-balls-glory-leuven